Le Département d’État repousse l’idée qu’une résolution américaine aux Nations Unies proposant le déploiement d’une force de réaction rapide en Haïti est en péril, un haut responsable de l’administration déclarant mercredi qu’il s’attend à ce que les dimensions d’une force soient réglées par début novembre.

Les États-Unis proposent qu’une force multilatérale, dirigée par un autre pays, soit déployée d’urgence en Haïti pour aider la police haïtienne à briser l’emprise des gangs sur ses principaux ports et routes, alimentant la pire crise économique, politique et humanitaire du pays depuis des décennies. Le gouvernement haïtien et le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, ont demandé une intervention militaire au début du mois après qu’une puissante alliance de gangs ait bloqué le principal terminal du pays, entraînant des pénuries de nourriture, de carburant et d’eau.

Des sources ont déclaré à McClatchy et au Miami Herald cette semaine que la résolution américaine au Conseil de sécurité de l’ONU était en péril, aucun pays ne se présentant pour diriger la mission et plusieurs pays, dont la Russie et la Chine, exprimant leur scepticisme quant à l’invocation des pouvoirs du chapitre 7, qui autorisent l’usage de la force en vertu de la charte de l’ONU et ouvrent la porte à un éventuel retour d’une mission de maintien de la paix.

Mais alors que les responsables américains nourrissent l’espoir d’un passage du Conseil de sécurité, ils planifient également des éventualités pour une force multilatérale qui entrerait en Haïti sans l’autorisation formelle de l’ONU. Une délégation d’enquêteurs du Canada, qui a eu des conversations sur la demande, devrait se rendre à Port-au-Prince cette semaine pour discuter de la crise.

Le secrétaire d’État Antony Blinken prévoit également de visiter le Canada  jeudi et vendredi avec le secrétaire d’État adjoint Brian A. Nichols, où il rencontrera le premier ministre Justin Trudeau et la ministre des Affaires étrangères Mélanie Joly. Haïti fait partie des sujets prioritaires à l’ordre du jour.

« Nous constatons une reconnaissance du fait que la communauté internationale doit agir pour aider le peuple haïtien à répondre à l’appel du Premier ministre et du cabinet haïtiens, et du Secrétaire général [de l’ONU], pour faire face à la situation sécuritaire, à l’épidémie de choléra, à l’insécurité alimentaire. et tous les autres défis auxquels le peuple haïtien est confronté en ce moment », a déclaré Nichols aux journalistes mercredi.

Nichols a déclaré que la force multinationale envisagée serait composée principalement de policiers, avec quelques éléments militaires.

Un certain nombre de pays ont les compétences pour le faire, y compris le Canada, a-t-il déclaré. Mais Nichols a reconnu que “le pays qui dirigera cet effort n’a pas été déterminé”.

“J’ai parlé à des dizaines de pays partenaires à travers le monde de la situation en Haïti, et il y a un fort soutien pour une force multinationale”, a-t-il déclaré. “Le désir de contribuer de toutes les manières que les nations estiment pouvoir être utiles, je pense, est très répandu dans notre hémisphère et au-delà.”

Alors que les membres du Conseil de sécurité ont exprimé leurs inquiétudes concernant l’escalade de la violence des gangs en Haïti et l’aggravation de la crise humanitaire, y compris une résurgence du choléra, ils ont également exprimé leur inquiétude quant au déploiement de forces étrangères pour aider. Pour les pays des Caraïbes, par exemple, l’hésitation provient du manque de détails sur la composition de la force dans la résolution rédigée par les États-Unis et le Mexique. Pour d’autres, comme la Russie et la Chine, on craint qu’un tel déploiement n’ouvre une fois de plus la porte à une mission de maintien de la paix coûteuse en Haïti que les membres auraient besoin de soutenir financièrement.

Une délégation canadienne devrait se rendre à Port-au-Prince cette semaine et rencontrer des Haïtiens au sujet de la crise.

« Le Canada est un partenaire incroyablement compétent dans une foule de domaines. Le Canada a des compétences incroyables en matière de développement et possède des forces armées très compétentes ainsi qu’une force de police nationale », a déclaré Nichols. “Ce sont des compétences importantes dans la communauté internationale, et plus largement, c’est une nation respectée et un leader sur toute la gamme des questions.”

Le Canada a parlé aux membres de la communauté des Caraïbes de la demande du gouvernement haïtien – soutenu par Guterres – pour qu’une force de réaction rapide soit immédiatement déployée pour aider la Police nationale d’Haïti. Mais alors que Joly et Trudeau ont publiquement réclamé des sanctions contre ceux qui alimentent la violence, ils se sont demandé s’ils seraient prêts à diriger une force, malgré leur soutien financier continu et la formation de la police nationale d’Haïti.

Nichols était optimiste que le voyage de Blinken et les conversations en cours sur la scène mondiale aideront à apporter un soulagement à Haïti.

“La façon dont cette conversation avance, sur qui apporte quoi à la table, est continue et active”, a déclaré Nichols. “Je suis très confiant que cela progressera d’une manière holistique qui fournira une solution complète à ce défi. Alors que chaque nation examine son rôle, elle examine également ce que les autres apportent à la table. Ce sont des conversations actives.

“Alors que la discussion de la résolution au Conseil de sécurité progresse dans les prochains jours, la direction de la force deviendra claire, et je suis convaincu que nous aurons quelque chose début novembre – à la fois la résolution et la direction de la force”, dit Nichols.

Jacqueline Charles, Michael Wilner

Wed, October 26, 2022, 5:08 PM

By admin

Leave a Reply

Your email address will not be published.

%d bloggers like this: